Conséquence de la dépression de la mère sur le QI de son enfant

La dépression de la mère pourrait entraîner, indirectement, un effet réducteur sur le Q.I. de son enfant, révèle cette étude de l’Université de Californie – San Diego. L'étude estime même cet impact négatif durable, de l'enfance jusqu'à l'âge de 16 ans. Des conclusions, présentées dans la revue Child Development, avec des conséquences importantes alors que 10% des femmes connaissent au moins un épisode dépressif au cours de la vie.

L’étude a suivi 900 paires mères-enfants en bonne santé, avec des points d'évaluation tous les 5 ans depuis la petite enfance jusqu'à l'âge de 16 ans. Les chercheurs ont observé à quel point les mères étaient sensible, réceptives et à l'écoute de leurs enfants à chaque étape de l’étude. L’évaluation des capacités cognitives et verbales et des tests de Q.I. ont été effectués à chaque point d'étape. Les mères ont également été évaluées pour la dépression.

Les chercheurs constatent :

  • un taux de prévalence élevé de la dépression chez ces « jeunes » mères : tout au long du suivi de l’étude, au moins 50% des mères ont été évaluées au moins une fois comme déprimées au cours du suivi de l'étude (16 ans).

  • L'incidence de la dépression marque un pic au cours des 6 premiers mois suivant l’accouchement ;

  • La prévalence de la dépression est largement durable : environ 20% des mères sévèrement déprimées lorsque leur enfant atteint l'âge de 1 an, le restent pendant une longue période ;

  • les mères très déprimées s’investissent moins, émotionnellement ou matériellement, pour soutenir leurs enfants, y compris dans les apprentissages, vs les mères qui ne sont pas déprimées ;

  • cette moindre implication de la mère semble avoir un impact sur le Q.I. de l'enfant mesurable sur l’ensemble des évaluations : par exemple, à l'âge de 5 ans, le score de QI verbal moyen des enfants de l'étude, sur une échelle en 19 points, s’élève à 7,64 ; les scores des enfants de mères sévèrement déprimées à 7,30 vs 7,78 chez les enfants de mères non dépressives ;

  • cette cohérence des résultats de Q.I. au fil des âges, témoigne du caractère durable de cet impact de la dépression maternelle sur le développement de son enfant.

Si ces différences de Q.I. peuvent sembler minimes, elles sont en réalité très significatives en termes de compétences verbales et de vocabulaire chez les enfants, précisent les chercheurs. Et c’est une mesure possible des conséquences à long terme de la dépression maternelle chronique sur le développement cognitif de l’enfant.

Encore une fois, la détection précoce de la dépression maternelle est essentielle, non seulement pour traiter et soutenir la mère, mais aussi l’aider à gérer ses symptômes de manière à préserver sa parentalité et s’assurer que ses enfants puissent suivre un développement normal.

Une autre analyse des données est en cours pour voir comment la dépression maternelle peut induire des symptômes dépressifs chez l’enfant, pendant l'enfance et l'adolescence et impacter ses résultats scolaires et sa santé.

Source : Child Development (In Press) via Eurelalert (AAAS) 17-Apr-2018 Mother's depression might do the same to her child's IQ

Article rédigé par l'équipe de Santélog


Massage femme enceinte
Massage bien-naître bébé
Portage physiologique bébé
Yoga bébé
  • w-facebook

Notre centre est agréé par le préfet d'Ile de France  n° 11 9107030

Prise en charge pôle emploi possible : référence dokélio OF-0000012137

Centre de formation répondant aux 21 critères qualités enregistré auprès du Datadock (www.data-dock.fr)